CONFÉRENCIERS

GéoNiagara 2021 présentera un éventail diversifié de conférenciers et de présentateurs invités dans le cadre du programme quotidien et comportera six séances plénières, y compris L’Allocution d’ouverture R.M. Hardy (SCG), le gagnant de Stockholm Water Prize (AIH), et le Colloquium canadien de géotechnique.

l'allocution d'ouverture rm hardy | Mark diederichs

Underground Construction in Complex Rock Environments: Promises and Pitfalls of Observational Design

DIEDERICHS_circle_edited.jpg
L'approche observationnelle pour la conception et la construction géotechniques a été proposée par Karl Terzaghi en 1945, puis retravaillée et discutée par Bjerrum et Terzaghi au début des années 1960 comme un moyen de faire face à l'incertitude inhérente au travail et à la construction avec et à travers les matériaux terrestres. Bien que ce processus ait été armé avec succès par Terzaghi dans de nombreux travaux d'ingénierie importants, Ralph Peck a écrit un article fondateur en 1969 sur les avantages et les limites de la méthode (en mécanique des sols). Pour utiliser un exemple de tunnel, la prémisse de base de la méthode est qu'au lieu de tenter de définir et de localiser, a priori, toutes les conditions le long du tunnel, l'équipe du projet mène suffisamment d'exploration pour définir la nature, le modèle et la gamme des propriétés, évaluer les écart le plus probable par rapport à ces conditions, établir une conception basée sur la condition la plus probable, avec une boîte à outils de modifications à la conception en cas d'écart prévisible par rapport à cette ligne de base. Les grandeurs mesurables pendant la construction (déplacement du mur, tassement du sol, charges d'appui) doivent être déterminées et surveillées dans la mesure où elles reflètent les conditions réelles. La conception telle que construite est ensuite modifiée pour s'adapter aux conditions réelles. Cette méthode a bien servi la géotechnique, mais comme l'observe Peck, "" Il est bien entendu essentiel que les grandeurs à observer reflètent les phénomènes qui régiront effectivement le comportement des ouvrages à construire ... la préconception de la nature du problème peut conduire à l’omission d’observations de types qui auraient révélé les véritables motifs de préoccupation. » Cette dernière déclaration n'est jamais plus un truisme que dans les grands projets de tunnels et de construction souterraine dans des roches complexes avec une longue histoire tectonique et témoigne de l'importance critique de la géologie de l'ingénierie fondamentale en tant que précurseur et outil tactique critique pour la mise en œuvre de la conception d'observation. Alors que dans de nombreux projets d'ingénierie des roches, la conception d'observation a été réduite à l'enregistrement des performances immédiates du tunnel ou des propriétés de la roche au cap de travail et à la modification de la conception locale selon des approches tabulées et prédéfinies. Dans des environnements géologiques complexes, cette approche échoue d'une manière cohérente avec L'avertissement de Peck cité ci-dessus Cet exposé mettra en évidence, à travers des histoires de cas sur quatre continents, l'importance cruciale de créer et de mettre à jour le modèle géologique plus large, tout au long de la construction, en plus du suivi géotechnique de l'enveloppe immédiate du projet.
 
Mark Diederichs, PhD, PEng, FEIC, a commencé sa carrière avec un baccalauréat en génie géologique (1987) et a complété une maîtrise en génie des roches (1989) à l'Université de Toronto. Il est passé à un poste de technicien en génie micro-sismique de terrain à Creighton Mine à l'appui d'un programme de recherche collaborative industrie-université pour améliorer la surveillance et la réponse dans des environnements miniers dynamiques profonds. À partir de là, il a travaillé avec une équipe de recherche et développement de l'Université Laurentienne sur une variété de projets, y compris le soutien au sol conventionnel, le soutien aux grands chantiers miniers, la recherche en micro-sismique et en éruption de roches, et d'autres outils à l'appui de la géomécanique minière. Il est l'auteur d'un manuel sur le support minier et a obtenu son doctorat en mécanique des roches cassantes à l'Université de Waterloo en 1999. Il est professeur de génie géologique à l'Université Queen's depuis 2001, est l'auteur de 400 articles avec comité de lecture sur une variété de sujets en mécanique des roches, géologie technique et génie des roches. Il est un consultant actif dans les domaines de l'exploitation minière et des tunnels au Canada et à l'étranger depuis plus de 25 ans et agit actuellement à titre de conseiller international principal et de réviseur dans les domaines de l'enquête de site, de l'ingénierie et de la conception des roches, de la gestion des risques et des problèmes contractuels pour les grandes mines souterraines et à ciel ouvert, les tunnels et la construction de cavernes, les projets d'énergie hydroélectrique, la géoscience des dépôts nucléaires, et l'ingénierie et la mécanique des roches, y compris l'instabilité structurelle, la compression et le gonflement du sol, la fracture fragile et l'éclatement de roches.

Colloquium canadien de géotechnique | renato macciotta pulisci

Risk evolution of natural and cut-slopes as a function of measured performance and climate change

Renato-Macciotta_circle_edited.png

Renato Macciotta Pulisci , PhD, PEng est professeur adjoint à la Faculté de génie - Département de génie civil et environnemental de l'Université de l'Alberta.

2020 STOCKHOLM WATER PRIZE winner | DR. JOHN CHERRY

Ten Reasons Why Our Relationship With Groundwater Is a Total Mess

John-Cherry_circle_edited.png

Les recherches du Dr John Cherry ont ouvert la voie dans le domaine de «l'hydrogéologie des contaminants». Il détient des diplômes en génie géologique de l'Université de la Saskatchewan, de l'Université de Californie à Berkeley et un doctorat en hydrogéologie de l'Université de l'Illinois. Il s'est joint à la faculté de l'Université de Waterloo en 1971 et a pris sa retraite en 2006 en tant que professeur émérite émérite. Il a co-écrit le manuel «Groundwater» avec RA Freeze (1979) et co-détient plusieurs brevets, est membre de la Société royale du Canada, membre étranger de l'Académie américaine du génie. Il a présidé le Groupe d'experts canadien sur les impacts environnementaux de l'exploitation du gaz de schiste. Il a reçu des prix des États-Unis, du Royaume-Uni, de la Suisse, du Canada, de Singapour (Lee Kuan Yew Water Prize, 2016), du IAH President's Award (2019) et du Stockholm Water Prize 2020. Il est actuellement chercheur principal à l'Institut G360 et chef de projet pour le projet sur les eaux souterraines ( gw-project.org ), un projet visant à démocratiser l'éducation sur les eaux souterraines à l'échelle mondiale. Il est le directeur du Consortium universitaire pour la recherche sur la contamination des eaux souterraines.

IAH-CNC LUNCHEON GUEST SPEAKER | DR. NANDITA BASU

Nutrient Legacies: The critical role of the subsurface in addressing surface water pollution

Basu_circle_edited.png

La Dre Nandita Basu est professeure agrégée et titulaire d'une chaire de recherche universitaire, nommée conjointement dans les départements de génie civil et environnemental et de sciences de la terre et de l'environnement de l'Université de Waterloo. Nandita est actuellement directrice du Collaborative Water Program à Waterloo, membre de la Société royale du Canada, College of New Scholars et rédactrice en chef du Journal of Hydrology. Nandita est hydrologue et biogéochimiste des bassins versants, et ses intérêts de recherche couvrent un large éventail de questions liées à l'eau dans les environnements impactés par l'homme dans ses recherches. Ses recherches actuelles portent sur l'héritage de nutriments qui s'accumulent dans le sous-sol et entraînent des décalages entre la mise en œuvre des mesures de conservation des bassins versants et l'amélioration de la qualité de l'eau. Son équipe développe des modèles basés sur le temps de trajet pour quantifier ces délais et pour aider à identifier des stratégies de gestion telles que la restauration des terres humides et la création de zones tampons riveraines pour maximiser l'élimination des nutriments et minimiser les temps de réponse des bassins versants.